Tout Un Fromage

Le blog de référence sur le Fromage


ACCUEIL - LE FROMAGE PASSE A LA CASSEROLE - HISTOIRE(S) DE FROMAGES - LE FROMAGE S’ÉTIQUETTE - CITATIONS AFFINEES - LES FROMAGES TOUT NUS - FROMAGE & VIDEO


13 mai 2014

Emile Zola - Le ventre de Paris

U Muntagnou

 

"Mais c'était surtout sur la table que les fromages s'empilaient.
Là, à côté des pains de beurre à la livre, dans des feuilles de poirée,
s'élargissait un cantal géant, comme fendu à coups de hache;
puis venaient un chester, couleur d'or, un gruyère, pareil à une roue tombée de quelque char barbare,
des hollandes, ronds comme des têtes coupées, barbouillées de sang séché,
avec cette dureté de crâne vide qui les fait nommer têtes-de-mort.
Un parmesan, au milieu de cette lourdeur de pâte cuite, ajoutait sa pointe d'odeur aromatique.
Trois bries, sur des planches rondes, avaient des mélancolies de lunes éteintes; deux,
très secs, étaient dans leur plein; le troisième, dans son deuxième quartier, coulait, se vidait d'une crème blanche, étalée en lac, ravageant les minces planchettes,
à l'aide desquelles on avait vainement essayé de le contenir.

Des Port-Saluts, semblables à des disques antiques,
montraient en exergue le nom imprimé des fabricants.
Un romantour, vêtu de son papier d'argent, donnait le rêve d'une barre de nougat,
d'un fromage sucré, égaré parmi ces fermentations âcres.
Les roqueforts, eux aussi, sous des cloches de cristal, prenaient des mines princières,
des faces marbrées et grasses, veinées de bleu et de jaune,
comme attaqués d'une maladie honteuse de gens riches qui ont trop mangé de truffes;
tandis que, dans un plat, à côté, des fromages de chèvre, gros comme un poing d'enfant,
durs et grisâtres, rappelaient les cailloux que les boucs,
menant leur troupeau, font rouler aux coudes des sentiers pierreux.

Alors, commençaient les puanteurs: les mont-d'or, jaune clair,
puant une odeur douceâtre;
les troyes, très épais, meurtris sur les bords, d'âpreté déjà plus forte,
ajoutant une fétidité de cave humide; les camemberts, d'un fumet de gibier trop faisandé;
les neufchâtels, les limbourgs, les marolles, les pont-l'évêque,
carrés, mettant chacun leur note aiguë et particulière dans cette phrase rude jusqu'à la nausée;
les livarots, teintés de rouge, terribles à la gorge comme une vapeur de soufre;
puis enfin, par-dessus tous les autres, les olivets, enveloppés de feuilles de noyer,
ainsi que ces charognes que les paysans couvrent de branches, au bord d'un champ, fumantes au soleil.
La chaude après-midi avait amolli les fromages; les moisissures des croûtes fondaient,
se vernissaient avec des tons riches de cuivre rouge et de vert-de-gris,
semblables à des blessures mal fermées; sous les feuilles de chêne,
un souffle soulevait la peau des olivets, qui battait comme une poitrine,
d'une haleine lente et grosse d'homme endormi; un flot de vie avait troué un livarot,
accouchant par cette entaille d'un peuple de vers.
Et, derrière les balances, dans sa boîte mince, un géromé anisé répandait une infection telle que des mouches étaient tombées autour de la boîte,
sur le marbre rouge veiné de gris".

(Le Ventre de Paris)



Commentaires

    Ce Zola... il avait vraiment le don des descriptions!... Bravo et merci pour ce texte truculent!

    Posté par hele helde, 19 mars 2009 à 14:16
  • emile zola

    ah, ce ventre de Paris, dommage qu'il ait déménagé ! Ce devait être quelque chose, du "temps des assassins", ce film qui en restitue si bien l'ambiance, en noir et blanc ! Cette description des fromages est inouïe : elle ferait accourir les amateurs et fuir ses détracteurs, qui sont plus nombreux qu'on ne l'imagine. A mon dernier dîner, j'ai perçu une certaine réticence chez un jeune homme qui, finalement, m'a avoué : "je ne peux pas manger de ces trucs qui sentent les pieds" (sic) "Tiens donc, B., tes pieds sentent le fromage ?!"... Quand je pense que j'ai même des amis normands qui ne mangent jamais de fromages, j'en reste perplexe... Euh, pour moi, ce sera quand même sans les asticots !

    Posté par colibri, 21 mars 2009 à 15:01
  • Etude de marché

    Bonjour,
    Je souhaite ouvrir un Bar à fromages dans le centre de paris et souhaite recueillir votre point de vue sur ce concept et sur vos habitudes de consommation.
    Merci d'avance pour vos réponses.

    Posté par julie, 20 avril 2011 à 15:24
  • erude de marché

    Voici le lien du questionnaire:
    https://spreadsheets.google.com/spreadsheet/viewform?formkey=dDVYSUxjU01FaGp0d3hqcnNYMGtUV1E6MQ
    Merci

    Posté par julie, 20 avril 2011 à 15:25

Poster un commentaire